Bienvenue à Montrésor

Accueil  »  Les halles et le gemmail

Les halles et le gemmail

La Halle des Cardeux

Au coeur du village, la Halle. Elle date du tout début du XVIIIème siècle, et accueillait autrefois les ouvriers démêlant la laine. Cette activité occupait une bonne partie de la population jusqu’à la Révolution. Durant tout le siècle, le bâtiment sera loué à divers entrepreneurs locaux.

Après les années de trouble, la municipalité cherche à s’approprier la Halle. Faute d’argent, elle devra se contenter de la louer, mais elle y parvient à la fin du XIXème en échange d’un petit terrain, et elle la louera à son tour.

Des travaux d’entretien majeurs sont effectués sur la toiture, et des aménagement construits autour pour héberger le matériel des pompiers. Ces ajouts seront supprimés ensuite pour rendre à la Halle l’aspect que nous connaissons.

Le rez-de-chaussée abrite le marché du samedi matin, et est parfois prêté pour diverses manifestations locales, culturelles ou festives.

Un escalier de pierre dans le corps de la muraille mène à l’étage, mais on lui préfère un ouvrage moderne en bois, avec des marches plus régulières (!).

des cyclistes se promènent sous les halles de Montrésor

Le gemmail et Montrésor

Sous la belle charpente, une exposition riche en couleurs : le Gemmail, le 8ème art, selon Cocteau.

Contraction des mots gemme et émail, il s’agit d’une nouvelle technique d

oeuvre en gemmail représentant une femme buvant dans une flute

e représentation datant de moins d’un siècle, créée par Malherbe et Crotti, qui rappelle le vitrail, mais qui s’en distingue cependant. Ce sont des morceaux de verre coloré superposés, sans l’assemblage de plomb du vitrail, et l’intensité de la couleur provient du nombre de couches utilisées.

De ce fait, les œuvres sont extrêmement pesantes.

La plupart évoque des tableaux célèbres (Braque, Rouault, Cocteau …) même si des créations sont possibles. Picasso, totalement séduit, a signé de nombreux gemmaux, conservés dans des musées et des collections particulières (dont celle de la famille du créateur de cette nouvelle forme d’expression « picturale »). Né en France

, l’art du gemmail a conquis les Etats-Unis, le Japon, par

le biais d’expositions où se pressait l’élite cosmopolite.

Celle de Montrésor, de temporaire est devenue permanente. Et exceptionnelle !

La visiter permet de voir des toiles de maître sous un jour très diffé

rent, avec un œil tout à fait neuf : l’éclairage met en valeur la texture même du verre et sa spécificité translucide, ainsi que les détails de sa découpe

.